Le stress post traumatique



Les manifestations du stress post traumatique interviennent souvent plusieurs semaines, voire plusieurs mois après une agression, un accident, une situation de harcèlement.
Les personnes qui en sont victimes ne font donc pas forcément le lien avec ce qui s'est passé.

Le stress post traumatique peut se manifester par différents symptômes.
Ainsi, vous pouvez être victime de stress post traumatique si vous :

- Évitez le lieu de la situation où s'est déroulé l'évènement traumatisant ou des lieux similaires,

- Êtes "hypervigilant" (c'est à dire plus méfiant, voire "parano" concernant des actes de la vie courante),

-
Êtes "sidéré" (avoir du mal à accepter ce qui s'est passé : "ce n'est pas possible, pas moi, pas pour ça"),

- Avez des difficultés à continuer la vie "d'avant",

-
Avez des difficultés à vous concentrer et pensez souvent à l'évènement traumatisant,

- Revivez des scènes de la situation traumatisante en journée ou la nuit,

-
Êtes envahi par la tristesse, les idées noires, les ruminations ("je suis nul, je le mérite, à quoi bon continuer ?"),

-
Êtes envahi par la culpabilité (se sentir responsable de ce qui s'est passé, "c'est de ma faute") ou la peur d'avoir une part de responsabilité ("je n'aurais pas dû").

Si une ou plusieurs de ces manifestations sont présentes, ne pas hésiter à consulter, parfois quelques séances peuvent suffire à soulager...


L'entretien avec le psychologue peut être demandé rapidement après la situation traumatisante et permet :

- De prévenir l'apparition du stress post traumatique, l'atténuer et le faire disparaître s'il est apparu,

- D'accompagner et soutenir le temps de la procédure judiciaire (si elle a lieu), car à échelle individuelle, elle peut être très lourde à supporter,

- D'aider à ne pas sombrer dans la déprime et la dévalorisation de soi...

Le psychologue peut orienter sur un médecin spécialisé en psychiatrie si nécessaire, notamment lorsqu'une médication peut être envisagée.

Par ailleurs, il existe différents types de thérapies. En France, le "psy" évoque souvent le silence, le divan et un travail sur l'enfance. Or, il existe de nombreuses formes de thérapies. Le débriefing et les thérapies cognitives sont particulièrement préconisés et peuvent aider à ne pas subir les retentissements sur sa vie quotidienne de la souffrance provenant de la situation traumatisante.

Une prise en charge rapide par un professionnel permet de ne pas souffrir longtemps d'une situation traumatisante.


Pourquoi la manifestation du stress post traumatique met-elle autant de temps à se manifester ?

Pour plusieurs raisons qui peuvent être :
  • La personne a mis beaucoup d'énergie à occulter ce qui s'est passé pour ne pas souffrir des souvenirs de la situation traumatisante. Au moment où cette énergie mobilisée finit par s'épuiser, la personne peut s'effondrer. C'est souvent à ce moment là qu'apparaissent des manifestations comme le "flash back" c'est à dire voir des scènes de la situation traumatisante ou y penser tout le temps.
  • Pour continuer à vivre malgré ce qu'il s'est passé (la "survivance"), la personne réorganise une vision du monde, par un mouvement réflexe de survie et qui ne correspond pas à ses besoins et ressentis. Elle permet de supporter l'insupportable. Il suffit que quelque chose (une odeur, un lieu, un geste) rappelle la situation traumatisante pour que cette construction bancale se fissure. L'angoisse, les ruminations et les idées noires apparaissent à ce moment là.

Vous pouvez prendre un rendez-vous dès que possible : quelques séances suffisent parfois pour reprendre une vie normale et la prise en charge thérapeutique précoce peut permettre d'éviter l'inscription du traumatisme.

Ne culpabilisez pas d'avoir attendu : il n'est jamais trop tard pour demander de l'aide et parfois, le temps est nécessaire pour pouvoir dire les choses.



Plus d'informations pour réfléchir à la forme de thérapie la plus adaptée pour vous.
            

Voir l'article sur l'inceste



Texte rédigé par Agathe Lemoine, psychologue et psychothérapeute